24 heures pour le Seigneur : plus de 2.000 participants à Liège

24 heures pour le Seigneur : plus de 2.000 participants à Liège

Le pape François invitait tous les chrétiens et les chercheurs de Dieu à vivre joyeusement 24 heures pour le Seigneur ces 4 et 5 mars dans le cadre de la grande année jubilaire de la miséricorde. Plus de 3.000 cathédrales et églises autour du globe ont participé, dont Liège en Belgique.

Dans une homélie, le pape François a dit vendredi soir: « Combien de tentations ont la force de brouiller la vue du cœur et de le rendre myope! En regardant seulement notre moi, nous devenons aveugles, éteints et repliés sur nous-mêmes, sans joie ni vraie liberté. Et après avoir reçu le pardon du Père, faisons la fête », a improvisé le pape avec humour. « Parce que lui, Dieu, il fait la fête »!

A l’invitation de l’évêque de Liège, plus de 2.000 personnes, dont une bonne moitié de jeunes, ont participé à cette fête. Le vendredi soir, la cathédrale Saint-Paul était bondée pour une eucharistie festive animée par les jeunes, suivie d’une veillée «NightFever» durant laquelle plus de 1.200 bougies pour la paix ont été déposées. En seconde partie de soirée, le fond de la cathédrale était transformé en une joyeuse salle de concert pop-louange du groupe verviétois Jésus’Trip.

Madeleine, jeune participante: « Ce qui m’a touchée, c’est l’harmonie entre toutes ces propositions dans la cathédrale. Le silence de la prière qui a suivi le concert était très fort, incroyable même. Quelle joie sur les visages et puis toutes ces bougies, chacune représentant une intention personnelle, c’était géant! »

A partir de 23h, plus de 200 volontaires se sont relayés jusque 8h du matin pour une nuit-relais de prière dans la cathédrale. De nombreux passants ou curieux sont entrés et ont souvent désiré eux-mêmes aller déposer une bougie pour la paix aux pieds de l’autel décoré en rouge et blanc, et illuminé de nombreuses bougies.

22 visages de miséricorde

La journée du samedi était consacrée à un grand parcours-découverte de 22 visages de miséricorde dans 22 églises de la ville. Par exemple, les bénédictines du boulevard d’Avroy animaient un atelier biblique. L’église Saint-Remacle en Amercoeur hébergeait des concerts d’orgue, notamment dans des morceaux de J.-S. Bach sur le thème de la miséricorde. Un ancien détenu donnait son témoignage de réconciliation dans l’église Saint-Christophe, tandis que le frère dominicain Philippe Cochinaux se demandait, dans la collégiale Saint-Jean, si l’on pouvait tout pardonner et que Ariane Thiran, à Sainte-Marie-des-Anges, montrait comment sortir de la violence de nos conflits avec l’aide de l’esprit de Jésus.

A Saint-Barthélemy, un musulman expliquait de façon très imagée le sens de la miséricorde dans l’Islam. A la collégiale Saint-Denis, des prêtres n’ont cessé de donner le sacrement de la réconciliation tandis qu’au Carmel de Cornillon, des dizaines de personnes ont prié silencieusement devant le Saint-Sacrement. A la cathédrale de Liège, une lecture continue de la bible a attiré de nombreux auditeurs. La journée s’est conclue par une grande célébration de la miséricorde à la cathédrale.

Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège: « La miséricorde, c’est le cœur de l’Evangile. Miséricorde vient de deux mots latins: ‘Miserere’ et ‘cordis’, ‘misère’ et ‘cœur’. Elle consiste à avoir le cœur qui bat pour les pauvres. Quoi de plus beau, de plus chaleureux, de plus courageux! C’est aussi le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours. »

Olivier Windels, Vicaire épiscopal et coordinateur des « 24h pour le Seigneur »: « Nous sommes très satisfaits de cet événement qui a permis de découvrir ou de redécouvrir le visage d’amour du Père. Nous avons énormément de témoignages positifs de croyants et de non-croyants aussi d’ailleurs. Oui, la réconciliation vaut la peine d’être vécue! »

Communiqué du diocèse de Liège

www.24heurespourleseigneur.be

Lien vers la page facebook :

Facebook 24H pour le Seigneur